Concours de soupe à Bombon : «J’aurais du gagner»

André(1) ne pouvait pas perdre. De bons légumes, choisis et cuisinés avec soin, juste ce qu’il faut de sel et d’épices pour rendre le tout merveilleusement odorant, le tout mixé longuement pour velouter l’ensemble. Plus la petite touche de crème pour l’onctuosité finale. La meilleure soupe du village, pensait-il.

«J’ai plusieurs dizaines d’années de pratique derrière moi» nous confie-t-il, sa soupière en main, juste avant de pénétrer dans la salle des fêtes de Bombon. Car André, en ce samedi 21 janvier, se rend à la «Farandole des Soupes», le fameux concours de soupes bombonnais organisé par le FRB.

Derniers préparatifs pour les concurrents…

À l’intérieur, il règne déjà une ambiance joyeusement besogneuse. Autour des 14 concurrents, les organisateurs sont à pied d’œuvre et mettent une dernière main à la décoration de la salle. On retrouve André derrière l’une des tables réservées aux cuisiniers. «Comme avant toute épreuve, on s’échauffe» nous explique-t-il en faisant des larges ronds avec sa main droite. «Le coup de louche doit être impeccable pour qu’aucune goutte de soupe ne soit gâchée. C’est à ce genre de détail qu’on fait la différence entre les amateurs et les pros de la soupe.» Derrière lui, au fond de la salle, on projette un chef d’œuvre du 7ème art, en partie tourné à Bombon : La Soupe aux Choux. Le film insufflera-t-il aux participants de cette folle soirée un peu de sa rigueur artistique ?

Denis Peyrat, président du FRB ; derrière lui les lots du concours

Puis, c’est le signal du départ. Denis Peyrat, président du FRB, rappelle le déroulement de l’épreuve : d’abord la dégustation des 14 soupes proposées, puis chacun vote pour sa soupe préférée, ensuite on digère en écoutant une petite bande de conteurs venue spécialement pour l’occasion. Après seulement vient l’annonce des résultats. Et enfin, on remet le couvert avec un dîner «tiré du panier».

Sandrine, championne de dégustation

André hoche la tête, un petit sourire aux lèvres : «C’est maintenant que les choses sérieuses commencent. Notez bien ce que je vous dis : il va y avoir du sang et des larmes.» Commence alors pour les jurés un marathon consistant à passer de soupe en soupe. Certains en profitent pour relever quelques recettes au passage. On croise une certaine Sandrine(2), la serviette fièrement vissée au col et dont le coup de cuillère dans le potage semble tout ce qu’il y a de plus professionnel. Elle témoigne de l’extrême difficulté de l’épreuve : «Les 3 premières soupes que j’ai goûtées étaient vachement bonnes. Alors j’en ai repris. Du coup, j’ai déjà plus faim. La soirée va être longue.»

Alain et sa soupe hors-concours

Tout en servant sa soupe avec une rare élégance, André épie ses voisins du coin de l’œil. «De la courge au nom imprononçable, des légumineuses, du poisson, du fromage, des chips de lard… De l’esbroufe tout ça. J’en ai même vu une qui sert un verre de vin avec sa soupe. Tout ces gadgets idiots, ça sent la panne d’inspiration, croyez-moi.» N’empêche, il y a là quelques originalités qui méritent d’être notées : une soupe sucrée aux perles du Japon, une soupe à l’ail servie avec des croûtons aillés, une soupe de lentilles (corail) aux lentilles (germées). Mais ce qui intrigue le plus André, c’est ce monsieur, dans un coin de la salle (un certain Alain), qui se targue de présenter une soupe «hors-concours» mais dont la soupière ne semble pas contenir de liquide…

C’est pendant le temps des contes qu’André s’autorise à aller piocher dans les soupes de ses concurrents. Et là, le doute s’installe : une soupe de potimarron au vin blanc et aux oignons émerveille ses papilles, un joli velouté blanc de chou fleur le séduit et il se prend à rêver de son enfance devant une soupe rustique aux morceaux de légumes non mixés. Plaisir des saveurs simples retrouvées. Les conteurs, quant à eux, n’ont pas attendu la fin de la dégustation d’André pour lancer quelques histoires joyeusement fantasques, allant même jusqu’à faire chanter le public(3).

Les lauréats. De gauche à droite : les «toqués», Sandrine et Anne-Sophie

«J’aurais du gagner» maugrée-t-il après l’annonce des résultats. Mais voilà, il n’est même pas sur le podium. Sont récompensées une belle soupe de potimarron dite «des toqués», la généreuse soupe de pois cassés de Sandrine et un velouté de butternut avec son «nuage de citron-coco» signé Anne-Sophie. Les organisateurs nous confient qu’on retrouvera bientôt les recettes de toutes ces soupes dans le bulletin municipal et sur le site du FRB. À suivre.

Quand on retrouve André à table, les joues bien rougies par la richesse des mets et des boissons servies, on sent que la rancœur est déjà loin. «Merde, après tout, ils savent vivre ces bombonnais.»

Denis R.

Retrouvez les 3 recettes des soupes gagnantes

(1) Le prénom a été changé.
(2) Le prénom n’a pas été changé.
(3) Les «Conteurs en Herbe» sont un groupe de conteurs amateurs qui bénéficient d’une formation conte avec la Fédération départementale des Foyers Ruraux. Il sera possible de les retrouver en première partie de « contes en maisons », une manifestation qui débute fin mars. Se renseigner sur : http://fdfr77.org

1 pensée sur “Concours de soupe à Bombon : «J’aurais du gagner»”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *